Les écrits de Marie-Rose

Il y a en qui se saoul au whisky, d’autres qui consomment. Moi, je me saoul de la forêt… de sa sève, de ses sous-bois jusqu’aux cimes.